« Nous avons choisi Worldline il y a deux ans car nous voulions pouvoir acheter nos propres terminaux plutôt que de les louer. Nous possédons un terminal fixe YOMANI dans chaque salon, ainsi qu’un terminal mobile YOXIMO pour nos participations à des foires et autres événements, soit treize terminaux au total. Ils sont rapides et simples d’utilisation, ce qui est très pratique.

« Le paiement sans contact gagne en importance »

Notre clientèle est très hétéroclite. Notre politique est de rendre la beauté accessible à tous, de la femme de ménage à la femme de ministre. Beaucoup de clients n’ont pas de cash sur eux, c’est très important pour eux de pouvoir payer par carte. Dans les salons, environ 70 % des transactions sont électroniques, ce qui représente en moyenne 50 à 100 transactions par jour et par salon. Nous remarquons aussi que le paiement sans contact gagne en importance. Certains clients le demandent mais nous le montrons aussi à d’autres. Cela fait gagner du temps lors de l’encaissement. Or, pour nos coiffeurs, le temps, c’est de l’argent.

« Worldline est moins cher »

Les avantages de Worldline ne s’arrêtent pas là, car nous apprécions également le fait que toutes les données soient disponibles sur le site web sécurisé, c’est très facile pour nos comptables. Et en cas de problème de caisse, cette accessibilité via Internet est tout simplement géniale. Dans le futur, nous envisageons d’utiliser la publicité sur l’écran du terminal afin de pouvoir communiquer de manière identique dans toutes nos enseignes. Pour finir, Worldline est aussi moins cher que son concurrent sur le marché luxembourgeois. Je le recommande à tous ceux qui veulent épargner sur les charges et les frais. »

Laura Ferber , Junior Partner chez Ferber Group

Le groupe Ferber est devenu une institution au Luxembourg. Le salon de coiffure familial créé en 1928 à Bascharage s’est mû en un groupe prospère qui emploie pas moins de 160 personnes et compte 12 salons de coiffure dont 2 avec institut de beauté, 4 avec onglerie et 3 barber shops. Laura Ferber, qui représente la quatrième génération, assure la relève et se prépare à reprendre l’entreprise de ses parents.